Le Liban entre un passé somptueux et un présent explosif.

Le Liban entre un passé somptueux et un présent explosif.

Le Liban, le pays sain, libre, indépendant et paisible comme on l’avait toujours connu. 

Un Etat qui se manifeste par sa culture, son patrimoine très riche qui se démontre dans les 4 sites inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO avec Tyr, Byblos, Baalbek et Anjar. Ses ressources naturelles avec ses majestueux Cèdres, et sa diversité religieuse où toutes les religions et les races vivent ensembles en paix.

Là, où se rencontre la richesse culturelle et la richesse historique d’un pays petit de taille mais grand en sa valeur mondiale.

Malgré tous ces atouts, Le Liban demeure un pays où les risques se succèdent, un état qui a toujours connu la guerre. Des épisodes tragiques ont marqué la partie sombre de l’histoire du Liban.
En effet, personne ne peut oublier la mort de l’Ambassadeur français Louis Delamare Le 4 septembre 1981.  Ou encore le décès des 17 Américains à l’Ambassade Américaine. Puis, les attentats de Beyrouth les années 1983 où deux attentats-suicides ont été enregistrés et ont affecté les brigades françaises et américaines de la force multinationale de sécurité à Beyrouth. Ensuite en 2012, Deux hommes d’état ont été tué suite à cet attentat ; Wissam-Al Hassan, un général des forces libanaises et le chef de sa branche de l’information axée sur le renseignement. Puis en 2013 et 2015, ces deux attentats se sont déroulés lors du conflit libanais qui a dépassé les 6 ans, de 2011 jusqu’à 2017, plus de 36 morts ont été enregistré.  N’oublions pas ce qui s’est passé le jour du 14 février 2005 le jour de l’assassinat de l’ancien Premier Ministre Rafic Harriri qui fut assassiné lors d’une explosion à la capitale Beyrouth.
Mais il ne faut pas oublier aussi le soir du 3 juin 2019, où un terroriste un tué deux militaires Libanais lors d’une fusillade à Tripoli.

Venant au  4 Août 2020, vers 18h10, où un énorme bruit d’explosion s’est fait entendre au port de Beyrouth, deux fois successives. Ce qui a laissé plus de 190 morts et plus de 6500 blessés dont 120 en état critique. Un nombre enregistré entre 30 et 40 personnes disparues.
Ce sont des chiffres alarmants et des pertes humaines horribles lors de ces deux explosions.

 

©RTL.FR

Il faut savoir, que cette opération n’est pas passée inaperçue, que ses effets étaient extrêmement forts. Le bruit de l’attentat a été entendu jusqu’à la ville de Larnaka à Chypre.
Cette opération a été faite au moment où le Liban fait des efforts pour combattre la Covid-19. D’où 3 hôpitaux ont été complétement détruits et 5 infirmiers ont perdu leur vie au moment de l’explosion. Ce qui pousse les citoyens, le corps médical et toutes les institutions de l’état à faire appel aux dons de sang.

Suite à ces deux explosions inattendues, l’état Libanais va souffrir encore plus de la baisse de son économie qui connaît des difficultés depuis 2018.
L’état a estimé un nombre entre 250.000 et 300.000 personnes qui se retrouveront sans abri.

L’Organisation des Nations Unies au Liban a confirmé l’information que des casques bleus ont été blessés. Des employés de l’Ambassade d’Allemagne ont été eux aussi blessés.
Une autre mort marquée suite à cet attentat, celle de Nizar Najarian le Secrétaire Général du parti Al Kataëb. 

Une tragédie qui n’a pas laissé une chance à l’indifférence. D’ailleurs, une compassion internationale a marqué cet attentat. Beaucoup de parties de la société civile nationale et internationale ont contribué aux dons mis au Libanais.

Les dons mis au Libanais :

Cette catastrophe n’a pas laissé les gens indifférents, elle a poussé plusieurs parties à faire don afin d’aider les personnes blessées. Un secours obligatoire a réuni le monde entier. Des organisations, des Nations, des bénévoles, tous ont fait partie de ces compagnes de sensibilisation.

UNICEF : Dite aussi les fonds des Nations Unies pour l’Enfance.
Elle s’est préoccupée de plusieurs enfants disparus ou blessés puisque 100.000 enfants ont été déplacés de leur abri.  De nombreux enfants sont toujours sous l’état de choc et de panique, d’où un encadrement psychosocial fut nécessaire pour eux.

Cette organisation a aussi fourni un effort par rapport à la distribution d’eau potable, utilisé des vaccins dans le but de sauver des personnes infectées.

Une fameuse collaboration entre l’UNICEF et des jeunes volontaires a fait place elle aussi pour nettoyer les zone endommagées.

Médecins du monde : Une organisation non gouvernementale qui a envoyé des kits médicaux afin d’aider plus de 20.000 personnes.

©medecinsdumonde

Impact Lebanon : C’est une organisation à but non lucratif et qui a fait appel aux dons. «  Nous appelons le monde, nos amis, nos compatriotes libanais à faire un don à ce fonds de secours » disaient-ils.
Ils ont collecté une somme qui dépasse les 100.000 euros qui ont été transmis aux aides des familles blessées.

Parmi tous les dons et toute la compassion des pays, des associations, de la communauté internationale, une Nation reste bien particulière puisqu’en temps de Covid-19, on voit de moins en moins la sympathie entre les pays. La République Française a ressenti le drame du Liban, et fait deux apparitions marquantes à travers son Président Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron : Deux visites au Liban.

Une ancienne relation diplomatique entre la France et le Liban s’est fondée. Cette relation s’évolue de jour en jour selon les circonstances et selon les transformations économiques et politiques et culturelles de chaque pays.

Emmanuel Macron s’est rendu à Beyrouth le 6 Août 2020, deux jours après l’horrible incident. Il a directement visité le port de Beyrouth où se situe la terrible tragédie et a promis de revenir le 1er septembre pour s’assurer de l’état du Liban.

Il a dit « Je souhaite organiser la coopération européenne et plus largement la coopération internationale ».

Macron a commandé d’envoyer trois avions militaires, et a insisté de marquer la solidarité franco-libanaise.

Le 1er septembre, comme promis, il s’est rendu une deuxième fois à Beyrouth et a rencontré les chefs de partis politiques libanais.

©TV5monde

Suit à cette deuxième visite, Macron a souligné le fait qu’il voulait accueillir une conférence internationale de soutien avec Les Nations Unies en Octobre.
Il a également accentué le fait qu’il souhaitait voir un état libanais en paix, un gouvernement compétent qui mérite la voix et la confiance de son peuple qui souffre de la corruption de certains des hommes politiques.

Cette visite d’Emmanuel Macron fut la cinquième de l’Histoire des Présidents français après un attentat.

Parmi ces visites, en 1983, durant la guerre civile François Mitterrand a visité Beyrouth le lendemain d’un attentat qui a tué 58 soldats français.

En 2005, Jacques Chirac lui aussi s’est rendu à la place des martyrs à la capitale Beyrouth, suite à une détonation qui a mis fin à la vie de son ami Rafic Hariri ; ancien premier ministre du Liban.

“Jacques Chirac est mon meilleur ami”, Disait Rafic Harriri.

Chirac, ce “Libanais”…Archives

Un attentat tragique laissant des centaines de morts, un passé assez triste avec des attentats et des explosions touchant à une grande partie des Libanais. Mais nous sommes tous d’accord que l’histoire du Liban reste intouchable.

Un mélange de tristesse et de joie ont créé un grand peuple nommé le peuple libanais, et un incroyable pays dit le Liban.

Une histoire riche en émotion, mais le peuple libanais reste confiant sur un avenir meilleur.

Peut-être qu’avec le temps, les Libanais sauront mettre leurs différences religieuses et politiques de côté et contribuer à bâtir un meilleur pays. Un peuple qui sera nostalgique au bon vieux temps, mais aussi réaliste et ambitieux à rêver d’un avenir brillant.

Comments

No comments yet. Why don’t you start the discussion?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *